Speaking turns in your videocalls

Context

I’ve been co-hosting a speaking group about polyamory in Paris for the past few years, in which we used to organize the debate by writing down speech requests on a piece of paper, and distributing them in order. The groups were between 60 and 100 people in average.

However, you have probably noticed that there’s a tiny pandemic going on. Those meetups had thus to stop without notice, leaving a big void in our social activities. Quickly enough, some of the co-hosts migrated online, on a videoconferencing system that I will not name but which starts with a Z… I don’t know if you have ever attended a videocall with 50 people, but with the latency and the background noises it’s impossible to just have an informal chat. So we tried to recreate the structure we had in our goups, since it worked well for us: speech requests, written down on a list, distributed in order.

We soon had to face a few issues: asking for a turn in this piece of software is not as easy at it sounds. At first we had to watch everybody’s thumbnails to check if somebody was raising their hand, but on large videocalls there can be several pages of thumbnails. Then we told attendees that they could ask for a turn in the text chat, and it just added one more place to look at for us 😉 Then the feature to « raise hand » by clicking a button was added, which works well when you can find it, so not everybody uses it. Once the request has been noticed, we write it down on a Google doc shared between hosts, then we announce the turn and remove the line from the doc. And on top of that, we checked our speaking time counter to avoid monologues.
It works, but it’s quite a bit of work, it requires many pairs of eyes looking at screens and the text chat, etc.

Making life simpler

I thought there was an opportunity to simplify all that with software. The goal would be to allow participants to request a speaking turn, that would automatically be added to a list that hosts could see and reorder. And it would be removed when the turn is over. Oh, and also manage the issue of speech duration, so that we don’t have to handle the counter on the side. And since our counter produces statistics relative to gender, we want to keep that feature in the new app.

Alright, we know what we need to do, we just have to do it. I started writing at the end of year 2020, and after a failed start I’m happy to say that we’ve been using it for 3 meetings, and that it works rather well 🙂

The result

The app is at https://speakinglist.net. You can go create an event, and to simulate participants you can for example open a private browser window or test with other co-hosts. There’s also a how-to page that you can look at.

The admin interface that you’ll end up on when creating an event has been designed to be displayed on a computer, while the participant interface has been designed to be used on a phone. This way the participants can have the videocall on their computer, and in hand a button to request speaking turns. It is also possible to display the participant interface on the computer of course, it’ll work identically.

Statistics!

The fact that participants declare their social categories (gender and race for now, optional and selectable by organizers) allows for the generation of interesting statistics on the distribution of speech between sides of the power structure. It also lets organizers reorder the waiting list to make sure it’s not always the same group of people who speak (hello white males, we see you). By objectively measuring the speaking time, we can realize there’s an issue, which is the first step to solving it. For example, in our groups we have found that even though there are less men present, they usually speak more often and longer than women and non-binary folks in proportion to their number. I have also noticed that when we tell them at the beginning of the event that we measure it and that we’d like them to make an effort, there is less difference. As we say in engineering, « you can’t optimize what you can’t measure ».

It’s Geeky time

For me, writing a program for a non-profit organization is always an opportunity to learn new tech and software libraries that I don’t know yet. Here, the main challenge is real-time. When we give a turn to someone, it has to be instantly reflected in their interface. For that we prefer a push method to a poll method, heavier in resources but more importantly much slower.

In the world of the web, this means websocket, that I never got to play with yet. Yay! 🙂 I took this opportunity to learn a backend framework that natively handles asynchronous operations. I started with FastAPI, that I’ve been wanting to test for a while, and we’ll see later why I didn’t keep it.

I don’t have so many opportunities to test new tech, so I try to cram as many interesting things as I can in them. I’ve also tried GraphQL as the API protocol and I must say I’m very happy with it. On top of it, GraphQL already contains a push mechanism, called subscriptions, which is a very good fit for me. However, FastAPI uses a version of Starlette that does not handle GraphQL’s subscriptions, so I dropped FastAPI to use Starlette directly.

Async is beautiful when it works, but not everything is ready for native async just yet in the Python world. I wanted to use the SQLAlchemy ORM, because the database library that Starlette offers does not do ORM and I do like it. Unfortunately, SQLAlchemy does not handle async yet (it should arrive in the next version, 1.4). So I used it in normal blocking mode, thinking that database connections are pretty fast since they are on the same server. It should all work fiiiiine.

It didn’t. Well, it did until there were more than 5 simultaneous connections, at which point we exhausted SQLAlchemy’s connection pool, which thus blocked the request until connections were freed. And this, in an async mode, never happens: when it’s blocked it’s blocked 🙂 To sum it up, on the first real-world use, the program fell over like a big sea lion drunk on bavarian beer. Should I have stress tested the app? Absolutely.

I more or less worked around it by raising the connection pool to 50 and crossing my fingers hoping there there is never more than 50 simultaneous database requests. I stress-tested it, it works fine with several hundreds of simultaneous users. If we ever do meetups that big, I think we’ll have other problems first. But yeah, I’d be happier when SQLAlchemy handles async natively. Until 1.4 is released, it’ll have to do.

On the frontend side, it’s only classics. React with Customize-CRA, Material-UI and Apollo for GraphQL, all written in Typescript. I must say that I am very pleasantly surprised with Apollo, it allowed me to entirely avoid Redux!

The app is obviously under a Free Software license, the AGPL. The documentation isn’t very detailed but it’s basically composed of an SQL server, the Python web app server Uvicorn (for async), Nginx in front of it all, and Redis in the backend to handle message queuing. The source code is here, and I provide a few configuration examples for deployment.

To conclude

It now works rather well. Everybody does not use the app during events, but we can manually add reluctant participants and handle their requests like the others on the waiting list. The group seems happy about it, I’m happy about it, I think it’s mature enough to be used by others.

Feel free to tell me what you think of it, here in the comments or by email. If you want to help, I think that the app could use a graphic designer’s skills for a new logo, colors, fonts, etc. It’s currently translated into French and English, but I’m sure the English translation could really be improved. You can also add other languages if you feel like it. I accept contributions in the form of code too, of course, if you can make sense of mine 😉

I am looking for feedback, please tell me if you use it, with which group sizes, and what you think of it. I wish you good videocalls!

Des tours de parole dans vos visioconfs

Le contexte

Je co-anime un groupe de parole à Paris autour de la polyamorie depuis quelques années, groupe dans lequel on avait l’habitude d’organiser le débat en notant les demandes de prise de parole sur un bout de papier, et en distribuant la parole dans l’ordre au fur et à mesure. Les groupes allaient de 60 à 100 personnes environ.

Or, il ne vous a pas échappé qu’il y a en ce moment une petite pandémie. Ces réunions-là se sont donc arrêtées du jour au lendemain, laissant un gros vide dans nos activités associatives et sociales. Assez rapidement, certain⋅es orgas ont migré en ligne, sur un logiciel de visioconférence que je ne citerai pas mais qui commence par Z… Je ne sais pas si vous avez déjà participé à une visioconférence à 50 personnes, mais avec la latence et les bruits de fond, c’est absolument impossible de mener une discussion informelle. On a donc essayé de recréer la structure qu’on avait dans nos groupes et qui marchait bien : demande de prise de parole, inscription sur une liste, distribution des tours.

Mais voilà, demander la parole sur ce logiciel c’est pas aussi évident. Au début il fallait regarder toutes les vignettes des gens pour regarder qui lève la main, mais il y a plusieurs pages de vignettes quand on est nombreux/ses. Puis on a dit qu’on pouvait demander sur le chat textuel, et ça nous a juste ajouté un nouvel endroit à regarder 😉 Ensuite le logiciel a ajouté la possibilité de « lever la main » en appuyant sur un bouton, ce qui marche bien mais faut le trouver, le bouton, donc tout le monde ne l’utilise pas. Une fois que la demande est repérée, on l’inscrit sur un document Google partagé entre orgas, puis on distribue la parole en enlevant la ligne du document. Enfin, on gardait un œil sur notre compteur de temps de parole, pour éviter les monologues.
Ça marche, mais c’est fastidieux, ça demande plein de paires d’yeux qui scrutent les écrans et le chat textuel, etc.

Se simplifier la vie

Je me suis dit que c’était l’occasion de simplifier ça avec un programme. Le but serait de permettre aux participant⋅es de demander un tour de parole, qui s’inscrirait automatiquement dans notre liste côté orga. Et que le passage de parole supprime automatiquement le nom de la liste. Oh, et aussi que ça gère en même temps la question du temps de parole, pour qu’on ait pas le compteur à gérer à côté. Et comme notre compteur trie et produit des stats en fonction du genre, il faudrait garder cette possibilité dans la nouvelle appli.

Bon, on a le cahier des charges, y’a plus qu’à. J’ai commencé à fin 2020, et après un démarrage un peu raté je suis assez content de dire qu’on en est à notre 3e utilisation et que ça marche plutôt bien 🙂

Le résultat

Le site est à l’adresse : https://speakinglist.net. Vous pouvez aller y créer votre évènement, et pour simuler des participant⋅es vous pouvez par exemple ouvrir une fenêtre de navigation privée dans votre navigateur, ou tester avec d’autres orgas.

L’interface d’administration sur laquelle vous arrivez en créant un évènement est prévue pour être affichée sur un ordinateur, alors que l’interface pour participant⋅e est prévue pour être utilisée sur un téléphone. Comme ça les participant⋅es ont a la visioconf sur l’ordi, et dans la main le bouton pour demander un tour de parole. On peut aussi, bien sûr, préférer afficher aussi son interface de participant⋅e sur l’ordi, et ça marchera de la même façon.

Lestat ? Lestat le Vampire ?

Non, les stats ! (désolé)
Le fait que les participant⋅es déclarent leurs catégories sociales (genre et race pour l’instant, au choix des orgas) permet de faire des stats intéressantes sur la répartition de la parole entre dominants et dominé⋅es. Et aussi de réorganiser la liste de parole pour que ce ne soient pas toujours les mêmes qui parlent (coucou les mecs blancs on vous voit). En mesurant objectivement le temps de parole, on peut prendre conscience du problème, ce qui est la première étape pour le résoudre. Par exemple, dans nos débats on se rend compte que même si les mecs sont moins nombreux, ils parlent la plupart du temps plus souvent et plus longtemps que les femmes et les personnes non-binaires en proportion de leur nombre. J’ai aussi remarqué que quand on leur dit, en début d’évènement, qu’on mesure cela et qu’on aimerait qu’ils fassent un effort là-dessus, la différence est moindre. Comme on dit en ingénierie, « on ne peut optimiser que ce que l’on peut mesurer ».

Geekerie !

Pour moi, faire un programme dans un cadre associatif est toujours l’occasion d’essayer des technos et des bibliothèques logicielles que je ne connais pas encore. Ici, le défi principal est le temps-réel. Quand on donne la parole à quelqu’un, ça doit se refléter instantanément sur son interface. Pour cela on va préférer le push au polling, plus gourmand en ressources et surtout beaucoup plus lent.

Ça, dans le monde du web, ça veut dire websocket, que je n’avais encore jamais utilisé. Yay ! 🙂 J’en ai profité pour sélectionner pour le backend un framework qui gère nativement l’asynchrone. J’ai commencé avec FastAPI, que je voulais tester depuis longtemps, et on va voir plus tard pourquoi je ne l’ai pas gardé.

Des occasions de tester de nouvelles technos, j’en ai pas 10 par an, donc j’essaye de caser le maximum de trucs intéressants dedans. J’en ai profité pour essayer GraphQL comme protocole d’API, et je dois dire que je suis très content. En plus, GraphQL contient déjà un mécanisme pour le push, appelé subscriptions, ce qui est très adapté à mon cas. Par contre, FastAPI utilise une version de Starlette qui ne gère pas bien les subscriptions dans GraphQL, j’ai donc abandonné FastAPI pour utiliser directement Starlette.

L’asynchrone, c’est beau quand ça marche, mais tout n’est pas encore prévu pour fonctionner nativement avec. Je voulais notamment utiliser l’ORM de SQLAlchemy, parce que la bibliothèque de base de données proposée avec Starlette ne fait pas d’ORM et que j’aime bien ça. Malheureusement, SQLAlchemy ne fait pour l’instant pas d’asynchrone (ça devrait arriver dans la prochaine version, la 1.4). Donc je l’ai utilisée en mode normal (bloquant) en me disant que les connexions à la base de données sont rapides, puisqu’elles sont sur le même serveur. Alleeeeeez, ça va passeeeeer.

C’est pas passé. Enfin, ça a marché, mais dès qu’il y a eu plus de 5 connexions simultanées, on a épuisé le pool de connexions de SQLAlchemy, qui a donc bloqué la demande de nouvelles connexions en attendant qu’une se libère. Et ça, en asynchrone, ça n’arrive jamais : quand c’est bloqué c’est bloqué 🙂 Donc en gros, à la première utilisation en conditions réelles, le programme s’est vautré comme une grosse otarie bourrée à la bière bavaroise. Est-ce que j’aurais dû faire un stress test de l’appli ? Absolument.

J’ai plus ou moins contourné ça en augmentant la taille du pool à 50 connexions et en croisant les doigts pour qu’on ait jamais 50 demandes à la base de données exactement en même temps. J’ai stress-testé, on passe tranquille avec plusieurs centaines d’utilisateurs simultanés. Si un jour on fait des visioconfs débat avec plusieurs centaines de participant⋅es, je crois qu’on aura d’autres problèmes avant celui-là. Mais bon, je serai quand même plus rassuré quand SQLAlchemy gèrera l’asynchrone nativement. En attendant la version finale de la 1.4, ça va tenir comme ça.

Côté front-end, du classique, React avec Customize-CRA, Material-UI et Apollo pour le GraphQL, le tout en Typescript. Je dois dire que je suis très agréablement surpris par Apollo, ça m’a permis d’éviter Redux complètement !

Il va sans dire que l’appli est sous licence libre AGPL. La documentation d’installation n’est pas hyper détaillée mais c’est en gros à base de base de données SQL, serveur d’application Python Uvicorn (pour l’asynchrone), Nginx devant tout ça, et Redis en backend pour les files d’attente de messages. Le code source est ici, et je fournis quelques exemples de fichiers de conf pour le déploiement.

Conclusion

Là, ça marche plutôt bien. Tout le monde n’utilise pas l’appli dans les évènements, mais on peut ajouter manuellement les participant⋅es réfractaires et les traiter comme les autres dans la liste d’attente. Le groupe est content, je suis content, je pense que c’est suffisamment mûr pour être utilisé par d’autres.

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, ici en commentaire ou par mail ! Si vous voulez aider, je pense que l’appli pourrait gagner à ce qu’un⋅e graphiste se penche dessus, fasse un vrai logo, choisisse des couleurs, des typos sympa, etc. Ça fonctionne actuellement en français et en anglais, mais si vous voulez ajouter votre langue c’est aussi tout à fait possible. J’accepte aussi les contributions sous forme de code bien sûr, si vous vous y retrouvez dans le mien 😉

Je suis très preneur de retours, dites-moi si vous l’utilisez, sur quelles tailles de groupes, et ce que vous en pensez. Bonnes visios !

Reviews are hard

It’s a vast subject, but one thing is certain: reviewing other people’s code is hard. Because good mentoring require technical and non-technical skills (such as patience).

I would like to dive directly into a specific detail of code reviews. It’s an iterative process: author submits code for review, reviewer make suggestions, author amends or pushes more code, reviewer make different or more suggestions, and so on.

In Git, « more code » takes the form or one or more commits appended to the Pull Request (or Merge Request if you use Gitlab, for simplicity I’ll just use « Pull Request » in this piece). And « amended code » means overwriting existing commits and force-pushing, which makes the old commits disappear.

As a reviewer, it can be very annoying because what I first look for in an update is whether my suggestions have been implemented or not, and how. That’s why authors are sometimes encouraged to push new commits in their Pull Requests and never overwrite existing ones. It makes the reviewer’s job way easier, because the UI can just show the new commit and they’ll know what’s changed.

But having this policy has drawbacks. When the Pull Request is merged (by fast-forward or not) in can leave awkward commits in the history, like « implement suggestions », « fix according to review », « review fixes again », etc… And merging the PR by squashing it isn’t always relevant, sometimes I do want to have several commits, because they address different parts of the problem.

How can we solve this? Well, it would be nice if I could see the difference between the current state and the last time I reviewed regardless of whether the author has amended their commit or not. And for that, I need to have a local copy of that commit. Fortunately that’s one of the things that git is very good at: you just make a local branch that tracks the PR’s branch, and when the code is changed you make another one. And then you can diff between those branches and see what changed.

OK, sounds simple enough. I have an itch, let me scratch it.

I present you git-pr-branch! A « small » utility that will create branches from Pull Requests, and do a few things with them. You’ll be able to automatically create the PR-based branches that I just explained about. You’ll also be able to display a nice listing of the branches, their associated PR, the PR status (open or closed), and the PR URL to clickety click. And since this can end up in quite a lot of branches, there’s also a sub-command to clean all that up, and delete branches whose PR is closed.

Ironically, it’s hosted on Gitlab but at the moment it only works on Github and Pagure. I’ll add Gitlab support if I end up working more with Gitlab (something tells me it’s likely to happen in the near future), but you can also send me a patch if you want it sooner.

While writing this side project, I discovered the fantastic python library attrs. It’s really awesome, I encourage you to try it out. (as always, my side projects are a good opportunity to try out new libraries or frameworks that I discover 😉 )

The python packages are on PyPI, and for the lazy Fedora and Mageia users out there I’ve made a COPR repository that you can enable on Fedora 32 and Mageia 7. Once installed, just run git-pr-branch (or git pr-branch) to discover the available commands.

Feel free to tell me what you think of the tool. Do you like the idea? Are you going to use it in your reviewer workflow? Did I bother writing code again when there is an obvious and better tool to do it? Let me know! 🙂

[EDIT] I’ve made a COPR repo, added the link.
[EDIT2] It now works with Pagure too, added the reference.

Les hommes parlent trop

Sous ce titre un peu provocateur, je voudrais vous parler d’une application toute simple pour mesurer le temps de parole. Contexte :

  • Je suis informaticien, j’écris des programmes.
  • Je fais partie de l’équipe d’orga des Cafés Poly à Paris, qui organisent des soirées discussion-débat autour de la polyamorie (ou « polyamour » )

Lors des cafés polys, nous avions l’impression que les hommes parlaient significativement plus que les femmes et prenaient plus souvent la parole. C’est cohérent avec les observations et les analyses féministes, donc nous n’étions pas très surpris⋅es, mais nous voulions pouvoir le mesurer pour prendre des décisions sur cette problématique.

J’avais entendu parler plus tôt de la page Are Men Talking Too Much, qui est un simple double-compteur de temps de parole (avec deux boutons). Ça aurait pu nous convenir mais nous voulions des infos supplémentaires :

  • comment se répartissent les prises de parole ? Si une femme parle longtemps elle va peut-être masquer le fait que les hommes prennent plus souvent la parole
  • nous voudrions aussi surveiller le temps de parole des orgas, pour ne pas trop parler, et pour ne pas avoir non plus la problématique d’hommes qui parlent plus au sein de l’organisation.
  • nous voulions limiter le temps de parole à 2 minutes 30 pour que tout le monde puisse s’exprimer, or les compteurs de cette application sont uniquement cumulatifs (on ne voit pas le temps de parole de l’intervention en cours).

J’ai donc commencé par essayer de reprendre le code source existant et de lui ajouter les fonctionnalités manquantes, mais la façon dont le temps est compté rendait cela impossible. J’ai donc finalement développé ma propre application, que vous pouvez trouver à https://www.mentalktoomuch.info/. Elle a les caractéristiques suivantes :

  • Mesure du temps de parole par catégorie de genre (ce que faisait déjà l’autre)
  • Affichage de la durée de l’intervention en cours et de la limite de temps de parole (par défaut 2:30 mais c’est réglable)
  • Catégorisation par statut d’organisateurice ou non
  • Affichage des statistiques incluant les prises de parole et le nombre d’intervenants
  • Export des données brutes pour faire votre propre tambouille statistique dans un tableur
  • Fonctionnement hors-ligne : vous pouvez l’utiliser dans la cave d’un bar sans réseau si vous avez affiché la page avant, ou si vous l’avez « ajoutée à l’écran d’accueil » sur votre mobile (c’est une appli web progressive).

Nous mesurons les temps de parole en café poly depuis environ un an et demi avec cette appli, et nous constatons effectivement que les hommes parlent en moyenne plus longtemps et prennent plus souvent la parole, alors qu’ils ne sont pas plus nombreux en présence. Depuis septembre 2019, nous publions les statistiques sur la page de l’évènement, dans un souci de transparence, et pour faire prendre conscience du phénomène.

Le logiciel est évidemment libre (AGPLv3), vous pouvez donc jeter un œil au code, l’adapter à vos besoins, vous en inspirer pour construire autre chose, etc. N’hésitez pas à me signaler les anomalies que vous pourriez trouver.

L’appli n’a rien de spécifique aux cafés poly, elle est donc utilisable ailleurs. Si vous décidez de l’utiliser dans un autre contexte, ça m’intéresse toujours de le savoir, pour penser à votre cas d’usage quand j’ajouterai des fonctionnalités (si je le fais un jour 😉 ). Donc n’hésitez pas à m’écrire, même si ce n’est en rien une obligation bien sûr. J’espère que ça vous sera utile ! 🙂

Lien vers l’appli : https://www.mentalktoomuch.info/

Le Test The Rock : une astuce pour les hommes qui ne veulent pas être accusés d’harcèlement sexuel

Je vous propose aujourd’hui une traduction d’un article qui m’a bien fait rire. Avec la déferlante de témoignages sur le harcèlement et les agressions sexuelles, on voit parfois des réponses d’hommes qui disent en somme « mais alors on ne peut plus draguer, on va nous accuser de harcèlement au moindre clin d’œil, etc ».

Pour les hommes qui n’ont vraiment pas une idée très claire des limites du harcèlement, il y a ce très bon quizz sur le site de France Info. Et sur un ton plus humoristique, il y a cet article (original en anglais) par Anne-Victoria Clark. 🙂


 

Êtes vous un homme qui a des doutes sur la façon de traiter les femmes avec qui vous travaillez ? Avez-vous l’impression que si vous ne pouvez pas tout dire ou faire, alors vous ne pouvez rien dire ou faire ? Fini le stress ! Avec cette astuce de vie, vous allez en un rien de temps commencer à traiter les femmes comme des personnes.

De Harvey Weinstein à à peu près tout Uber, il semble que chaque jour un homme riche et puissant tombe à cause d’accusations de harcèlement ou d’agression sexuelle. Et aujourd’hui, le New York Times rapporte que les hommes ont de plus en plus peur d’encadrer des femmes :

« Un grand frisson a traversé la Silicon Valley à la suite de ces histoires, les gens sont hyper-attentifs et ont peur de mal se comporter, donc je pense qu’ils mettent en place toutes sortes de mesures, » a dit un investisseur qui s’est exprimé anonymement pour la même raison.

Certains évitent les réunions en tête-à-tête avec des femmes entrepreneures, de potentielles recrues, et celles qui demandent un rendez-vous informel ou de réseautage. »

 

Bien que la gestion des relations professionnelles puisse souvent nécessiter cette terrifiante chose appelée « du travail », il y a un espoir. Vous voyez, en suivant cette simple et unique règle, vous aussi pourrez interagir avec les femmes en tant que personnes.

C’est aussi simple que ça : traitez toutes les femmes comme vous traiteriez Dwayne « The Rock » Johnson.

Je sais, ça peut sembler étrange, mais croyez-moi, c’est un exercice de visualisation qui fera des merveilles dans vos interactions avec les femmes sur le lieu de travail. Quand une femme vient vous voir, remplacez-la simplement dans votre esprit par The Rock. Et ensuite, agissez en conséquence.

Toujours perplexe ? Faisons quelques essais.

Situation n°1: prendre un café

Karen est l’amie d’une amie qui a récemment emménagé dans votre ville et qui veut développer un réseau dans son domaine de prédilection, celui dans lequel vous travaillez aussi. Elle vous a demandé si vous seriez d’accord pour prendre un café avec elle pour qu’elle puisse « vous interviewer ». Il n’y a qu’un problème, Karen ressemble à ça :

the_rock_2

Oh zut ! Elle est jolie ! Et même de visage. Que faire ?? Bon, vous savez que ce ne serait pas approprié de considérer ce café comme un rendez-vous intime, puisqu’elle a clairement exprimé que ses intentions étaient professionnelles. Mais d’un autre côté, elle est blonde, comme votre dernière petite amie ! C’est tellement complexe ! Vous êtes dans un vrai champ de mines.

Mais il est possible de simplifier la gestion de cette situation épineuse en utilisant le Test The Rock. Fermez vos yeux, prenez une profonde inspiration, et quand vous les ouvrez, faites comme si Karen ressemblait à ça :

the_rock_3

Wow ! Karen a l’air plutôt balaise, dure-à-cuire et dégoulinante de sueur ! Elle a l’air de quelqu’un qui travaille très dur pour atteindre ses objectifs, ayant laissé derrière elle une situation qui ne fonctionnait manifestement pas, pour aller vers un avenir meilleur. Vous pouvez peut-être lui poser des questions là-dessus ? Mais clairement, ne la draguez pas. On dirait qu’elle pourrait vous tuer avec la chaise sur laquelle vous êtes assis.

Situation n°2: la réunion

Amanda est votre collègue de travail qui a quelques questions sur le gros projet que votre département vient de lancer. Elle vous a demandé une réunion en binôme pour entrer dans les détails. Il n’y a qu’un problème :

the_rock_4

Oh mince, Amanda a l’air non seulement en pleine forme, attirante et jeune, mais on dirait aussi qu’elle ne porte pas d’alliance. Et si elle était ouverte à une discussion sur sa vie sexuelle (a priori) extravagante, ainsi que la votre ?! Enfin quelqu’un avec qui partager votre fétichisme secret du latex ! Comment espérer un seul instant rester concentré pendant cette réunion, qui n’a rien a voir avec tout ça, pendant 45 minutes ?

Encore une fois, fermez les yeux, videz votre esprit, et pensez à Amanda de cette façon :

the_rock_5.png

Wow ! On dirait qu’Amanda a travaillé très dur, mais a juste besoin d’un peu d’aide pour un petit point dur sur lequel elle est tombée. Heureusement, elle sait demander de l’aide quand elle en a besoin, quelle professionnelle ! Vous avez de la chance d’avoir Amanda dans votre équipe. Malheureusement, elle n’a manifestement pas du tout le temps d’écouter votre histoire de latex, même si ces gants vous excitent énormément.

Situation n°3: la sortie

Votre collègue Jennifer et son équipe viennent de lancer avec succès un nouveau projet, et elles vous ont invité à prendre un verre après le travail pour fêter ça. Il n’y a qu’un problème. Ouaip, vous avez deviné :

the_rock_6.jpg

Jennifer et son équipe ont toutes des cartes de fidélité chez Sephora. L’une d’elles porte même une jupe. GRA-OU, pas vrai ? Comment peut-on s’attendre à ce que vous gardiez vos mains dans vos poches quand autant de jeunes femmes vous sourient ? Tout le monde sait que quand une femme vous sourit ça veut dire qu’elle vous aime de cette façon-là. Du moins c’est comme ça que ça marchait dans tous les films que vous avez vu et dans tous les clubs à strip-tease où vous êtes allé. Comment savoir s’il s’agit juste de verres entre collègues ou d’une occasion de vous masturber devant un groupe comme vous en avez toujours rêvé ?

Vite, remplacez cette image dans votre esprit par celle-là :

the_rock_7.png

Wow ! Jennifer et son équipe ont l’air de vraies professionnelles et prêtes à s’attaquer à tout ! Pas étonnant que leur projet ait été un succès et qu’elles veuillent le célébrer. Peut-être que vous pourriez échanger des histoires d’anciens combattants avec elles sur les projets passés, ou écouter certaines de leurs histoires sur les moyens qu’elles ont déployés pour vaincre les difficultés qu’elles ont rencontrées. Une chose est certaine cependant, quel que soit votre taux d’alcoolémie : ne vous masturbez pas devant elles. Sérieusement, le dernier gamin que je connais qui a touché un flic par surprise a fini avec la tête dans le béton. C’était pas une bonne nuit !

Et voilà ! Vous avez découvert un moyen simple et rapide d’interagir avec des femmes sans vous comporter de manière inappropriée. Offrez-leur simplement le même respect, la même admiration, et la même saine dose de peur que vous offririez à quelqu’un qui pourrait complètement vous détruire si vous le méritiez.


 

J’espère que cet article vous a plu, et vous a bien fait rire. Même si vous avez ri jaune… 😉

L’article d’origine est ici, encore merci à Anne-Victoria Clark. J’aimerais mentionner quelque chose : l’autrice a publié son article sur Twitter, et il a été retwitté par…. The Rock lui-même !

C’est quand même la super classe ! 🙂

My experience of Flock 2017

Flock, the annual Fedora contributor’s conference, is now over. It took place in Cape Cod this year (near Boston, MA), and it was great once again.

It started with a keynote by our project leader Matt, who insisted on Fedora’s place in the diffusion of innovation. We are targeting the inovators and the early adopters, right until the « chasm » (or « tipping point ») before the early majority adoption. This means 2 things:

  • on one side, we must not be so bleeding edge that we would only reach the innovators
  • on the other side, we must keep innovating constantly, otherwise we’re not relevant to our targeted people anymore.

As a consequence, we must not be afraid to break things sometimes, if that’s serving the purpose of innovation.

A lot of the talks and workshops were about two aspects of the distribution that are under heavy development right now:

  • modularity: the possibility of having different layers of the distribution moving at different speed, for exemple an almost static base system with a frequently updated web stack on top of it.
  • continuous integration: the possibility of automatically running distro-wide tests as soon as a change is introduced in a package, to detect breakage early rather than in an alpha or beta phase.

Seeing where the distribution is going is always interesting, not only in itself but also because it reveals where my contributions would be most useful.

As always, Flock is an opportunity for me to meet and talk to the people I work with all year long, to share opinions and have hallway talks on where our different projects are going (I had very interesting discussions with Jeremy Cline about fedmsg, for example), and to learn the new tools that all the cool kids are using and may make my workflow easier and more productive.

It’s also a great opportunity to help friends on things I can do, and to share knowledge. This year was the first one when I didn’t give a talk about HyperKitty, I guess that means it’s now mainstream 🙂

Instead, I gave a workshop on Fedora Hubs, our collaboration center for the Fedora community. If you don’t know what Fedora Hubs is, I suggest you check out Mizmo’s blogpost and Hubs’ project page. The purpose of the workshop was to teach attendees how to write a basic but useful widget in Fedora Hubs. I wrote all the workshop as an online tutorial, for multiple reasons:

  • People can go through it at their own pace
  • My time is freed up to walk between the trainees, answer their questions and help them directly
  • Attendees can go back to it after Flock if they need to or if they haven’t completed it in time
  • It can be re-used outside of Flock (for exemple, by you right now 😉 )

I believe it’s a better way to teach people (see Khan Academy founder’s talk on TED): the teacher’s time is better used answering questions and having direct interactions with attendees, rather than at doing non-interactive things like talking.

There were about 10 people in the workshop, and 4 of them completed the tutorial in time, which is pretty good considering the conditions (other talks and workshops going on at the same time, bandwidth problems, etc.)

Also, I’m getting more and more interested in the teaching / mentoring aspect of software engineering. I like to do it, and I get good feedback when I do. That’s clearly a path to explore for me, although it’s still a bit stressful (but that’s usually a good sign, it means I’m taking it seriously). I don’t want to switch to that entirely, but having some more on my workplate would be nice, I think. The Outreachy program is very appealing to me, it would align perfectly with my other social commitments. I remember there’s also an NGO that offers software training for refugees in Paris, I’ll investigate that too.

 

The workshop on Fedora Hubs at Flock 2017 will be awesome

TL;DR: come to the Hubs workshop at Flock! 🙂

This is a shameless plug, I admit.

In a couple weeks, a fair number of people from the Fedora community will gather near Boston for the annual Flock conference. We’ll be able to update each other and work together face-to-face, which does not happen so often in Free Software.

For some months I’ve been working on the Fedora Hubs project, a web interface to make communication and collaboration easier for Fedora contributors. I really has the potential to change the game for a lot of us who still find some internal processes a bit tedious, and to greatly help new contributors.

The Fedora Hubs page is a personalized user or group page composed of many widgets which can individually inform you, remind you or help you tackle any part of you contributor’s life in the Fedora project. And it updates in realtime.

I’ll be giving a workshop on Wednesday 30th at 2:00PM to introduce developers to Hubs widgets. In half an hour, I’ll show you how to make a basic widget that will be already directly useful to you if you’re a packager. Then you’ll be able to join us in the following hackfest and contribute to Hubs. Maybe you have a great idea of a widget that would simplify your workflow. If so, that will be the perfect time to design and/or write it.

You need to know Python, and be familiar with basic web infrastructure technologies: HTML and CSS, requests and responses, etc. No Javascript knowledge needed at that point, but if you want to make a complex widget you’ll probably need to know how to write some JS (jQuery or React). The Hubs team will be around to help and guide you.

The script of the workshop is here: https://docs.pagure.org/fedora-hubs-widget-workshop/. Feel free to test it out and tell me if something goes wrong in your environment. You can also play with our devel Hubs instance, that will probably give you some ideas for the hackfest.

Remember folks: Hubs is a great tool, it will (hopefully) be central to contributors’ worflows throughout the Fedora project, and it’s the perfect time to design and write the widgets that will be useful for everyone. I hope to see you there! 🙂

Contre le syndrome du Nice Guy: Non, vous n’êtes pas un Gentil Garçon

Le Mecxpliqueur revient sur l’archétype du Nice Guy (Gentil Garçon). On croirait avoir fait le tour du concept et que maintenant ça y est on a compris, hein ? Ben non, toujours pas, cette croyance reste encore très répandue.

Note pour plus tard : faire une bafouille là-dessus moi aussi, en revenant sur l’idée de « conquête » et de « friendzone ».
Qui sait, à force, ça finira bien par rentrer.

La Mecxpliqueuse

Le Gentil Garçon, plus connu sous le nom de Nice Guy, c’est une espèce très particulière bien connue de nombreuses femmes sur internet et dans la vie. A priori, on veut tous être un gentil garçon mais, pour paraphraser Bon Jovi, le Nice Guy donne mauvaise réputation à la gentillesse.

Le Nice Guy a l’air gentil mais avant même qu’il se révèle complètement pour ce qu’il est (un gros misogyne), on peut flairer le Nice Guy à son fumet misandre. Le Nice Guy croit à une histoire, un mythe, dans lequel il est un héros avec un ennemi naturel, le Bad Boy.
Dans cette histoire que se raconte le Nice Guy, le Bad Boy est ce type qui séduit les femmes en les traitant comme de la merde, parce qu’elles adorent ça, les femmes. Le Bad Boy est un macho, un queutard, pas du tout comme le Nice Guy qui…

Voir l’article original 789 mots de plus

Suite à l’article précédent sur le consentement

Woah, je ne m’attendais pas à ça !

stats-article-wong

La diffusion de la traduction française de l’article de David Wong sur le consentement a été d’une ampleur impressionnante, comme seul Internet en a parfois le secret. Le deuxième jour on était à 50 000 vues, là on est à 125 000 vues, et ça a l’air de se tasser (on a passé le pic). Cet article m’avait beaucoup plu quand je l’ai lu en anglais, et je suis content qu’il ait parlé à d’autres. Cela dit, j’aimerais préciser les quelques points suivants.

Au début j’ai validé tous les commentaires, mais maintenant je les lis et ne valide que ceux qui apportent un éclairage nouveau sur cette question, tant qu’ils ont un ton que je considère acceptable. Je prends en compte le fait qu’il y a pas mal de féministes qui vont atterrir sur cet article, et sans aller jusqu’à garantir un espace safe, je ne veux pas leur infliger les protestations habituelles qu’iels n’ont que trop lues. Le genre « tous les hommes ne sont pas comme ça », « oui mais c’est aussi la faute des femmes », « OK mais alors comment on fait pour pécho », « je connais une femme qui n’a pas vécu ça », « moi ça m’est pas arrivé donc c’est faux », etc. Et je ne parle même pas des pires commentaires, qui valent leurs pesants d’excréments bovins, et qui prennent la voie express vers la poubelle.

Deuxième chose : j’ai vu passer plusieurs fois une critique sur le fond de l’article dans les termes suivants : « les mecs peuvent se servir de l’argument du conditionnement social pour excuser leurs agressions sexuelles ». J’aimerais y répondre en rappelant qu’expliquer n’est pas excuser (ce que l’article mentionne). Et qu’à partir du moment où ce message-là est passé, les mecs qui se serviront du conditionnement social comme d’une excuse pourront être très légitimement taxés de mauvaise foi. Ça ne tiendra pas devant un tribunal (même quand on sait le nombre dérisoire de plaintes pour viol qui mènent à une condamnation), ça ne devrait pas non plus tenir dans un groupe social quel qu’il soit.

Troisièmement, il est vrai que le ton de l’article original peut laisser penser que l’auteur a découvert et déconstruit son conditionnement en faisant son propre cheminement individuel, dans son coin. Ça me semble peu probable vu son niveau d’immersion dans la publication électronique et Internet en général. Il me semble qu’il aurait été plus juste de reconnaître la valeur de l’immense travail réalisé par les mouvements féministes pour ce genre de prise de conscience et de déconstruction. Ce n’est pas la première fois qu’on met en lumière ces mécanismes, les femmes féministes l’ont déjà fait de nombreuses fois, c’est juste rare que ce soit un homme qui les dénonce. Est-ce la raison du succès de cet article ? Je ne sais pas. Ce dont je suis sûr, c’est qu’il n’aurait pas vu le jour sans le travail des féministes. Rendons à CésCléopâtre ce qui lui appartient. Voici donc ci-dessous une petite liste (évidemment non exhaustive) de sites web et de blogs féministes francophones, sans ordre particulier :

Et plein d’autres, merci encore.

Enfin, j’aimerais signaler à toustes celleux qui se sont abonné⋅e⋅s à ce blog ou à mon fil Twitter que je ne les ai pas dédiés à des publications féministes. Je suis juste un internaute lambda qui s’intéresse à ce sujet, mais à d’autres aussi, et ce que j’écrirai ici en sera le reflet. Je ne suis pas traducteur de métier (ah bon ça s’était vu ? 😉 ), je traduirai encore d’autres articles sur les sujets qui m’intéressent ou qui me touchent, mais ce ne sera pas forcément un intérêt commun. Pas d’attentes SVP 🙂
Si c’est le féminisme qui vous intéresse, je tagguerai les articles sur ce sujet avec le tag feminism, vous pouvez donc ne suivre que celui-là si vous le désirez.
Quant à mon compte Twitter, là c’est le chaos…

En tout cas, merci d’être passé⋅e⋅s par ici, j’espère que l’article que j’ai traduit et les autres avant lui contribueront à faire avancer la prise de conscience féministe, au moins un peu.

7 raisons pour lesquelles tant d’hommes ne comprennent pas le consentement sexuel

Je vous propose aujourd’hui la traduction d’un article écrit par David Wong le 3 novembre 2016 sur Cracked.com. L’article original est ici. Il détaille des mécanismes qui incitent les hommes à ne pas prendre en compte le consentement des femmes en matière de sexualité (ce qu’on appelle la culture du viol). Je le trouve clair et bien illustré par des exemples de culture populaire très connus.

Comme toujours, n’hésitez pas à commenter si vous avez des remarques à faire sur le fond ou la forme (la traduction, la grammaire et l’orthographe…).


 

La phrase suivante est vraie quel que soit le moment où vous la lirez : « Un homme célèbre a récemment été accusé de faire des choses sexuelles à une (ou plusieurs) femme(s) sans leur consentement. » Lors de l’écriture de ces lignes, c’était le scandale du « tripotage » par un politicien, mais la prochaine fois ce seront des photos de bite non désirées qu’un homme de pouvoir aura envoyées à une stagiaire, ou la diffusion de photos volées d’une actrice, ou la mise en cause d’un athlète célèbre par une femme dont les accusations seront restées lettre morte auprès de la police. D’ailleurs, je parie qu’il n’y a pas une seule femme lisant ces lignes qui n’a pas été victime de ce genre d’agissements.

Eh bien, il y a une chose que vous devez savoir : depuis ma naissance, on m’apprend que c’est exactement ce comportement que les femmes désirent.

Nous continuons à enseigner cela aux garçons, tous les jours. Voilà à quoi ressemble la table des matières de cette leçon :

7 — « Imposer son désir aux femmes les fait tomber amoureuses »

img-02

Vous vous souvenez à quel point tout le monde trouvait génial qu’ils aient choisi une femme pour le premier rôle dans The Force Awakens, parce que c’est une bonne chose que les petites filles aient des modèles ?

img-03

Donc nous sommes bien d’accord que les héros de culture pop influencent les jeunes, n’est-ce pas ? C’est pour cela que la diversité dans les castings est aussi importante, n’est-ce pas?

Très bien, voici la première leçon que j’ai reçue sur le consentement sexuel. J’avais 6 ans. Mon héros et modèle pour la vie, Han Solo, s’approche d’une femme qui lui a dit à chaque occasion possible qu’elle n’était pas intéressée. Han arrive par derrière et colle son corps contre le sien. C’est une femme forte, une combattante, donc elle le repousse physiquement…

img-04

Pas le moins découragé du monde, Han s’approche à nouveau, prend ses mains, et commence à les carresser. Elle dit « Arrêtez ça », l’air stressée. Alors qu’il continue, elle le dit clairement une seconde fois. Il ne s’arrête toujours pas. Une musique romantique démarre…

img-05

Cet échange suit :

Han: De quoi avez-vous peur ?
Leia: Peur ?
Han: Vous tremblez.
Leia: Je ne tremble pas.
Han: Vous m’aimez parce que je suis un vaurien. Il n’y a pas assez de vauriens dans votre vie.
Leia: Il se trouve que j’aime les hommes gentils.
Han: Je suis un homme gentil.
Leia: Pas du tout, vous…

Et il l’embrasse. Note : la tête de Leia est coincée contre un mur métallique…

img-06

…et tout cela arrive dans un vaisseau étanche naviguant dans le vide glacial de l’espace. Même si elle voulait partir, elle ne pourrait pas (à cause des implications). La conséquence de cette interaction est qu’elle tombe amoureuse de cet homme et qu’ils passent le reste de leur vie ensemble.

Bonjour, je suis David Wong, et j’ai réalisé une expérience de 40 ans sur les attitudes toxiques des hommes envers les femmes, simplement en vivant ma vie avec un bon nombre de ces attitudes à l’interieur de mon crâne.

À cause de mon âge canonique, la référence cinématographique ci-dessus date de l’époque ancestrale des années 80. La société a bien progressé depuis. Hé, ai-je précisé que lorsque j’ai trouvé ce clip sur Youtube, la publicité en-dessous était pour le « Costume d’esclave sexy de Princesse Leia » ?

img-07

Sexy.

Esclave.

Tout le monde a compris, non ? Le fantasme ne vient pas du fait qu’elle est dénudée, le fantasme vient du fait qu’elle n’a pas choisi de porter ça. C’est une princesse, de sang royal, c’est une noble guerrière… et maintenant nous allons nous masturber en pensant à elle portant un costume très léger et humiliant qu’on l’a forcée à porter, probablement sous la menace d’une mort par Rancor.

Mais revenons à cette histoire de tripotage. J’estime à environ 95% le nombre de héros cools de films d’action de mon enfance qui ont agressé des femmes au moins une fois pour qu’elles les aiment. James Bond le fait dans… tous ses films, je crois. Dans Goldfinger (1964), il viole Pussy Galore dans une étable, ce qui la fait abandonner sa vie criminelle et se rallier à son camp. Dans Le masque de Zorro (1998), une femme essaye de tuer Antonio Banderas, et il se défend en déchirant ses vêtements avec son épée et en l’embrassant de force. Conséquence : ils tombent amoureux.

En fait, plutôt que de faire l’inventaire des milliers d’exemples de la technique de séduction « Agresse-les jusqu’à ce qu’elles tombent amoureuses », je vais prouver à quel point ce truc est répandu en faisant une liste d’exemples uniquement à partir de la filmographie d’Harrison Ford :

Dans Blade Runner (1982), il pousse une femme (ou une répliquante) contre un mur après sa tentative de quitter la pièce, et ensuite la force à dire « embrasse-moi ». Elle a l’air terrifiée jusqu’à ce qu’ils commencent un rapport sexuel.

Dans Indiana Jones et le temple maudit (1984), Ford attrappe une femme qui fuyait avec son fouet et l’attire à lui. Ils tombent amoureux.

img-08.gif
Sur combien de femmes est-ce qu’Indy s’est entraîné pour ne pas réduire son torse en lambeaux ?

Dans Indiana Jones et la dernière croisade (1989), il embrasse de force, la femme le repousse en disant « Comment ose-tu m’embrasser ? », puis l’embrasse à nouveau, passionnément.

Longtemps avant que j’ai l’âge de sortir avec des filles ou même que j’aie des amies, les choses ont été rendues très claires : dans toutes les relations, les hommes sont des prédateurs et les femmes sont des proies. Leurs expressions de peur et de rejet — y compris les attaques physiques de défense — sont un jeu de dupes qu’il faut vaincre, comme un fermoir difficile sur un soutien-gorge.

6 — « Demander la permission est un signe de faiblesse »

img-09

Si vous vous posez la question, non, je n’ai jamais de ma vie tripoté une femme qui ne m’avait pas tripoté avant. Ce n’est pas parce que j’étais un gentleman qui faisait attention au consentement. Si vous m’aviez coincé au lycée et que vous m’aviez demandé pourquoi je n’avais pas tout simplement choppé une fille dans une soirée et fait en sorte qu’elle m’embrasse, j’aurais répondu que c’était parce que je n’étais pas assez cool, ou assez beau mec. « Il faudrait que je perde du poids et que j’entre dans l’équipe de foot pour faire un truc comme ça ! » On m’a dit, voyez-vous, que ceux qui attendent d’avoir la permission sont les mauviettes, les peureux, les nazes.

Ça m’a été dit à la fois par les personnes que j’ai rencontrées et par les nombreux films et séries que je regardais à ce moment-là. Voilà une copie d’écran d’une série de l’époque où une fille dit « Il n’y a rien de moins sexy qu’un mec qui demande si il peut t’embrasser ».

img-10

Et quand je disais que cette série passait « à l’époque », bien sûr je parle de la putain d’année 2012. C’est extrait d’un épisode de New Girl. Pour chaque message public d’information disant « Non c’est non », j’ai vu, allez, environ 10 000 messages disant ou impliquant qu’il n’y a rien de plus sexy qu’un mec qui n’attend pas le consentement.

Bien sûr, je comprends ce que les actrices jouant le texte de certains auteurs masculins tentaient de dire ici : que les filles aiment les mecs qui sont suffisamment attentifs pour savoir ce qu’elles veulent avant qu’elles ne le disent. Elle ne devrait pas avoir besoin de lui dire pourquoi elle lui fait la tête, ou ce qu’elle veut pour son anniversaire, ou si elle est prête pour la prochaine étape. L’intelligence émotionnelle est sexy et il n’y a rien de plus sexy qu’un mec qui tient suffisamment à elle pour faire attention aux subtils détails.

Vous savez, comme Han Solo qui savait que Leia voulait secrètement qu’il la bloque dans un coin et l’embrasse de force. Comme sa capacité à détecter que tous ses rejets préalables et sa froideur étaient en fait un test pour vérifier qu’il pouvait voir à travers la façade.

Pas vrai ?

5 — « Les femmes aiment être conquises, et font donc toujours semblant d’être inaccessibles »

img-11

Si vous reveniez dans le temps et me retrouviez à l’âge où je me suis rendu compte que je ne savais absolument rien (20 ans) et m’aviez demandé d’expliquer les rôles genrés, voici ce que je vous aurais répondu :

Dans ce monde moderne, la qualité de vie d’une femme est immensément dépendante du type d’homme qu’elle peut attirer : une femme mariée à un homme compétent va tout simplement avoir un confort de vie supérieur, point. Sa valeur personnelle est donc largement fondée sur son attractivité pour les hommes, et sur le nombre d’hommes cherchant à la conquérir à chaque moment. Le besoin d’avoir plus de prétendants est dû à la loi de l’offre et de la demande. C’est dans son intérêt de créer de la compétition en attirant autant d’hommes que possible, puis en rendant difficile l’accès à son attention pour chacun d’entre eux.

Les femmes gagnent donc en puissance par le rejet des hommes, et ces rejets n’ont rien à voir avec ce qu’elles ressentent vraiment.

img-12
Hmm, tu as raison. Mon absence d’intérêt émotionnel, physique et mental pour toi était une excuse. Baise-moi. Baise-moi maintenant !

Tout ça, j’aurais dit, est aussi la raison pour laquelle la plupart du « slut-shaming » (NdT: culpabiliser les femmes pour leur désirs ou activité sexuelle) vient d’autres femmes. Si une femme saute dans le lit de n’importe quel homme, ça fait baisser la valeur de l’attention et de la disponibilité sexuelle féminine pour toutes les femmes. Le prix de l’essence baisserait plutôt vite si un fournisseur commençait à le donner gratuitement. Donc, comme l’OPEP, les femmes s’accordent culturellement pour garder élevé le prix des relations sexuelles et sentimentales en les rendant artificiellement difficiles à acquérir. C’est pour ça que les proches riches et nobles de la princesse Leia désapprouveraient qu’elle écarte les cuisses pour un « vaurien ».

Han Solo est un héros précisément parce qu’il voit à travers cette mascarade, et sait exactement comment dépasser ces barrières. Les facteurs principaux d’attractivité chez les hommes sont la force physique et l’agressivité, et il sait que la résistance feinte de Leia est un test de ces attributs. Vous pouvez voir la même suite dans chacun des clips en lien ci-dessus : la femme se bat, l’homme montre sa supériorité physique, la femme reconnaît sa valeur en tant que partenaire et abandonne volontairement. « Tu as prouvé que tu es assez fort pour m’avoir ».

Et bordel, c’est exactement comme ça que ça marchait au bon vieux temps, quand les hommes étaient des hommes et les femmes étaient des femmes ! Comme dans cette célèbre photo de la Libération, dans laquelle le combattant héroïque fête la fin de la guerre en embrassant la première belle jeune femme qu’il voit !

img-13
U-S-A ! U-S-A !

Attendez, vous saviez qu’ils ne se connaissaient pas, non ? Maintenant regardez cette photo prise une fraction de seconde avant. Vous voyez comme elle fait bien semblant de ne pas vouloir ? Wow, quelle bonne actrice !

 

img-14

Ha, son petit poing fermé est tellement mignon ! Et regardez tous les sourires approbateurs de la foule derrière eux : hommes et femmes, tous bien d’accord qu’ils passent un bon moment.

4 — « Tout ce que fait une femme a pour but d’allumer la faim masculine »

img-15

Voici le premier magazine porno que j’ai possédé :

img-16
C’était ce numéro précis. C’est Kathy Ireland. Mon dieu, ces yeux.

Il n’y avait pas Internet dans les années 80, et c’était trop risqué de posséder du vrai porno quand on était un gamin du Midwest. Voilà le génie de l’édition spéciale « Maillots de bain » de Sports Illustrated : ça donnait à l’Amérique moyenne un truc sur lequel se masturber sous couvert de lire un sujet sportif. Tout le monde savait ce qui se tramait, évidemment. Dans bon nombre de photos, au moins une partie du maillot de bain était manquant, la femme couvrant ses seins nus avec ses mains, mimant un baiser faussement timide à l’objectif. Avec peut-être un pouce glissé dans le côté de la culotte du bikini, comme si elle s’apprêtait à l’enlever.

De la même façon, quand des femmes en bikini apparaissaient à l’écran, elles n’existaient que comme objet masturbatoire pour les garçons adolescents de l’assistance. Littéralement toutes les images d’une femme en bikini que j’ai pu voir en dehors du catalogue de maillots de bain étaient présentées ainsi, comme un truc sur lequel baver.

Un truc qu’on ne pouvait pas avoir.

Allumant notre appétit, faisant la publicité d’un produit.

Et maintenant, vous savez de quel produit on parle, n’est-ce pas ?

img-17.gif
Vous pouvez continuer à regarder ce GIF en boucle, ça n’arrivera pas.

Donc après avoir vécu ma vie entière dans l’idée claire que c’est une tenue que les femmes portent pour que les hommes aient envie d’éjaculer, à votre avis quelles sont les pensées qui ont traversé mon jeune esprit stupide quand j’ai été à la plage et que j’ai vu de vraies femmes porter la même chose ? Est-ce que vous pensez que j’ai pu les voir en tant qu’être humains plutôt qu’en tant que manipulatrices sournoises ?

La réaction complètement rationnelle de n’importe quelle femme sur la plage serait « Je ne le porte pas pour toi, pervers, je le porte parce que je me baigne, et c’est un maillot de bain ! Tu voudrais que je porte quoi, une tenue de ski ? »

Il n’y a pas de bonne réponse. Tout le monde devrait pouvoir porter ce qu’il veut, mais ne pas comprendre les pensées lubriques qui traversent l’esprit des hommes avoisinants, c’est ignorer le contexte culturel dans lequel ils ont grandi. Elle donne à sa tenue un sens précis, pendant qu’à peu près 100% des posters, magazines, films, séries, chansons, clips, panneaux publicitaires, jeux vidéos, poèmes, romans, etc en donnent un autre.

Bien sûr que les hommes peuvent contrôler la façon dont ils agissent à la vue de la tenue, mais il ne peuvent pas contrôler ce qu’ils ressentent : ça a été programmé comme une réaction physique involontaire, comme un déclencheur hormonal. Grâce à une vie entière d’entraînement culturel, le bikini est la cloche qui fait saliver le chien.

img-18
Si vous ne pouviez pas voir le nom du magazine, à votre avis lequel des deux est porno ?

Maintenant, reliez ça à la croyance répandue selon laquelle les femmes cherchent à nous attirer en faisant semblant qu’elles ne veulent pas de nous. La réponse « Je ne porte ce maillot que pour me baigner » est-elle autre chose qu’un élément stratégique de ce faux-semblant ?

Cela dit, rendez-vous bien compte qu’il n’y a pas que les bikinis qu’on a fétichisés. Il y a un « subreddit » (NdT: forum de discussion spécialisé) porno entier qui ne contient rien d’autre que des filles en leggings. En voilà un sur les filles avec des lunettes. Allez faire une recherche sur Google Image avec la phrase « écolière », vous tomberez sur tout un tas de photos fétichisées, et de temps en temps, de vraies photos d’enfants.

C’est pour cela qu’aucune statistique sur la quantité d’agressions sexuelles ne pourra me surprendre. Et notez que j’utilise une définition du terme qui inclut les mains aux fesses (ou aux seins). Mais quand j’ai grandi, on m’a dit…

3 — « Aggression sexuelle = mec dans une ruelle sombre avec un couteau »

img-19

Soyons clairs : pendant mes jeunes années, on m’a bien appris et répété que le viol c’est mal. Mais la définition du « viol », c’était un homme avec une cagoule dans une ruelle sombre qui abuse d’une inconnue sous la menace de violences. Le « viol  de rendez-vous » ( « date rape » ) était bien un terme que j’avais déjà entendu, mais c’était soit quand un mec droguait une femme soit quand il la violentait physiquement : le genre de situations dont elle sortait avec une lèvre ensanglantée et des habits déchirés. Si vous m’aviez demandé de définir le « viol de rendez-vous » à l’époque, j’aurais dit : « c’est comme ce que James Bond fait à Pussy Galore, enfin si c’est pas un beau mec ».

Si quelqu’un avait dit à mon moi adolescent que « tripoter » une femme ou embrasser de force était une forme d’agression sexuelle, j’aurais été perdu. « Vous venez d’accuser la plupart des héros de films d’action de mon enfance d’être des violeurs en série ! Et si ça la fait tomber amoureuse de lui ? »

img-20
Dans la vraie vie, il est inscrit sur la liste des agresseurs sexuels de Sa Majesté.

Jamais, de toutes les années où j’étais à l’école, on ne m’a appris qu’il fallait attendre le consentement verbal avant de toucher une femme. J’ai vu le leader de l’équipe de football mettre des claques sur les fesses des filles, j’ai vu des mecs passer leurs bras autour du corps des filles par derrière et attraper leur seins pour faire des blagues, j’ai vu du gui accroché au dessus des portes et on m’a dit que si j’étais en dessous avec une fille, elle était obligée de m’embrasser. Une fois quand on jouait au volley-ball sur la plage, un beau gosse a détaché le haut du bikini d’une fille par surprise.

 

Encore une fois, moi je n’ai jamais rien fait de tout cela. Pas parce que c’était mal, mais parce que j’avais trop peur.

Je me détestais à cause de ça.

Est-ce que je l’ai déjà mentionné ? À quel point j’avais honte à l’époque de ne pas être un « vrai mec » ?

2 — « Tout rapport sexuel en dehors du mariage (hétérosexuel) est mal »

img-21

Attends, qu’est-ce que ça a à voir avec des mains aux fesses ou le consentement ? Merci d’avoir posé la question, parce que j’ai l’impression que personne ne voit ce problème-là.

Le crétin de radio Rush Limbaugh a fait les gros titres après les célèbres accusations d’agressions sexuelles de Donald Trump en disant ceci :

« Vous connaissez le mot magique, la seule chose qui compte dans les comportements sexuels américains aujourd’hui ? La seule chose. Vous pouvez faire ce que vous voulez, la gauche va encourager, comprendre et tolérer n’importe quoi, tant qu’il y a un élément. Vous savez ce que c’est ? Le consentement. Si il y a consentement des deux ou des trois ou des quatre, qu’importe le nombre de personnes impliquées dans l’acte sexuel, tout va bien. Quel que soit cet acte sexuel. Mais si les gauchistes ont l’impression qu’il n’y a pas de consentement dans une partie de l’équation, c’est là que débarque la police du viol. »

img-22
Aussi appelée « la police » tout court.

J’aimerais bien savoir combien d’entre vous sont plutôt d’accord avec lui, par rapport au nombre d’entre vous qui ont eu des sueurs froides. Je suis passé du premier groupe au second à peu près à la moitié de ma vie. Pour une bonne partie de notre nation chrétienne, ce qu’il dit fait tout à fait sens.

Vous voyez, ce n’était pas à Hollywood ou à l’école publique de m’apprendre la morale. Pour moi, et pour quasiment tous ceux que je connais, l’enseignement de la morale se passait le dimanche à l’église. Et je n’ai jamais eu de sermon au catéchisme sur le consentement sexuel.

« Attends, donc ils disaient à la communauté d’être des violeurs ? »

Non ! Ils enseignaient que toute activité sexuelle en dehors du mariage hétérosexuel est mal, à l’identique. Donc oui, le viol est passible des flammes éternelles de l’enfer. Mais vous savez quelle était la punition pour des rapports sexuels consentis avant le mariage ? Les mêmes flammes éternelles. Branlette pré-maritale à l’arrière d’une voiture ? Flammes éternelles. Sexe oral, quel que soit le moment ? Flammes éternelles. Rapport homosexuel ? Flammes éternelles. Masturbation ? Flammes éternelles. Il n’y avait pas de gradation dans les péchés et les punitions : tout était noir ou blanc, et à peu près tout dans la catégorie noire était totalement consensuel. Deux personnes « consentant » à un péché n’étaient pas différents de deux personnes préparant une attaque de banque.

img-23
Quel que soit le type d’action pour lequel tu portes ce masque, tu iras en enfer.

Toute action est soit pure aux yeux de dieu, soit impure, et le seul acte sexuel pur est le rapport sexuel marié (et notez que de nombreuses femmes mariées de la Bible ont été achetées comme du bétail). Donc, il n’y avait pas de raison de parler d’autre chose. S’ils enseignaient qu’embrasser une femme de force était mal, ça aurait sous-entendu qu’embrasser une femme avec son accord était OK (et pourtant embrasser avant le mariage = flammes éternelles).

C’est pour cela que tant d’entre vous ne comprennent pas la critique chrétienne du mariage gay, quand ils disent « ensuite ils vont vouloir se marier avec des enfants ou des animaux ». Ils ne comprennent vraiment pas la différence (qu’un partenaire homosexuel peut consentir, mais que des animaux ou des enfants ne peuvent pas) parce que pour eux, tous ces actes sont également impurs. Vous souvenez-vous quand des gens ont sous-entendu qu’il était hypocrite pour Jennifer Lawrence de se plaindre de photos nues volées alors qu’elle posait aussi nue pour un magazine ? Même principe : si vous avez grandi en entendant que les photos nues sont péché, quelle différence cela fait-il que la femme ait consenti au péché ?

1 — « Les mecs sont comme ça »

img-24

Expliquer les actions de quelqu’un, ce n’est pas la même chose que les excuser. Dire qu’un comportement est terriblement commun, ce n’est pas non plus la même chose que l’excuser. Le but de tout cela n’est pas de défendre [insérer ici le sujet du dernier scandale], mais que les gens arrêtent d’être persuadés que les mecs comme lui sont des monstres rares et incompréhensibles.

Ce n’est pas le cas. Des tas de mecs tripotent des femmes et mettent des mains aux fesses. Parmi ceux qui ne le font pas, beaucoup se masturbent sur du porno mettant en scène des viols. Parmi ceux qui ne le font pas non plus, beaucoup se sont joyeusement masturbés sur les photos volées des stars. Parmi les autres, beaucoup voient encore les James Bond comme une réalisation de leurs fantasmes. Parmi ceux qui restent, beaucoup ne voient toujours pas le problème avec la scène de Han Solo que j’ai mentionnée.

img-06
Ces problèmes ont des racines très profondes.

Les auteurs de tous ces films et campagnes de pub diraient qu’ils n’ont rien inventé, que les hommes ont de la testostérone et auront certaines pulsions à un certain âge, même s’ils sont élevés sur une île déserte. Et comme les pulsions sont naturelles, tout ce qui fait appel à ces pulsions doit l’être aussi : les mecs, après tout, sont comme ça. Ces garçons vont ensuite grandir et écrire des films et des pubs qui mettent en scène leurs fantasmes d’adolescents frustrés comme si c’était la réalité quotidienne.

 

Mais quelle est l’alternative ? La censure ? Forcer les femmes à se couvrir, comme en Arabie Saoudite ?

Non, l’alternative est de reconnaître l’immensité du travail à accomplir pour débarrasser les mecs de leurs attitudes toxiques envers les femmes. J’ai passé deux bonnes décennies à essayer de me déprogrammer, à comprendre quelque chose qui, rétrospectivement, devrait être évident pour toute personne décente. Changer ses actions est la partie facile ; changer ses désirs prend des années et des années. C’est la différence entre faire un régime et entraîner son corps à ne pas avoir faim.

En attendant, il est trompeur de penser qu’un mec qui ne voit pas la ligne claire entre le consentement et l’agression est un fou. Notre culture a volontairement brouillé ces lignes et a entraîné cet homme à éprouver de la honte s’il traîne trop d’un côté ou de l’autre. Nous devons enseigner aux enfants que le consentement est important depuis le tout début. Maintenant, mettons de côté ce sujet déprimant et profitons de cette extrait de Ratatouille. Dans cette scène, le héros embrasse une fille de force, elle sort une bombe lacrymogène pour le repousser, et ensuite se rend compte qu’elle adore ça :

img-26.gif

On a beaucoup, beaucoup de boulot.


David Wong est l’éditeur exécutif de Cracked.com, son roman le plus récent est maintenant en train d’être adaptaté en série télévisée, la version papier peut être achetée ici. Merci à tous les participants de ce fil de discussion d’avoir suggéré les exemples dérangeants de ce phénomène au cinéma et à la télévision.


 

Fin de la traduction. J’espère que cet article vous aura aidé à comprendre la profondeur des ramifications de ce conditionnement. C’est sûr que ça va pas être facile de s’en libérer complètement, mais il ne faut pas que ça nous empêche de faire les premiers pas : en prendre conscience dans ses actions de tous les jours, le repérer dans les films, les séries, les publicités, etc. Et résister.